Gérer une belle-mère envahissante : un petit mode d’emploi à destination des belles-filles

La relation avec sa belle-mère est un souci récurrent au sein d'un couple. En particulier la relation entre la belle-mère et la belle-fille. Bien sur, cela ne se passe pas toujours mal. Mais lorsque la belle-mère est envahissante, les ennuis commencent. Voici un petit mode d'emploi, à destination des belles-filles, pour gérer vos relations avec votre belle-mère.

More...

Au cinéma, ou au théâtre, le personnage de la belle-mère et ses relations conflictuelles avec sa belle-fille font souvent rire et sourire. Mais dans la vraie vie et au quotidien, c'est nettement moins marrant ...

Les relations entre une belle-mère et sa bru ne sont pas toujours évidentes. Loin de là.

Cette relation n’est pas anodine. Pour la belle-fille, qui se retrouve en compétition avec une femme qui connaît son époux aussi bien, voire mieux, qu'elle, c’est tout simplement insupportable. Quant à la belle-maman, elle découvre une fille qu’elle ne connaît pas, ou si peu, qui vient lui subtiliser « sa place » dans le cœur de son fils : tout cela est impensable.

Pourtant, ces relations existent depuis longtemps. Et continueront d’exister pendant longtemps. Certaines se passent très bien. Tandis que d’autres se passent beaucoup moins bien et créent de grandes difficultés, voire des impasses, au niveau de la communication et du couple.

Si vous êtes dans la situation de la belle-fille, comment faites-vous pour gérer la présence d'une belle-mère envahissante ? Comment parvenez-vous à la supporter ? Existe-il des solutions ? Et si oui, comment les appliquer au quotidien ?

Les différents types de belles-mères

Épouser un homme, c’est épouser sa belle-famille. Et si, bien souvent, la situation se passe plutôt bien avec la gent masculine (beau-papa, oncle, cousin, beau-frère), lorsque l’on vient à parler des relations avec les femmes, les choses sont quelque peu différentes.

Dans la plupart des cas, votre belle-mère vous considère (même inconsciemment) comme la femme qui lui a volé son fils. Et elle vous déteste pour cela. Ou, tout du moins, ne vous porte-t-elle pas dans son cœur de manière spontanée.

Si tout va bien, elle vous est reconnaissante d’avoir su accepter son fils comme il est et, surtout, de lui faire quitter le domicile familial. Parvenir à arracher ce « Tanguy » de sa famille est une prouesse. Et elle vous adore rien que pour cela.

Mais bien souvent, votre belle-maman vous perçoit aussi comme une ennemie.

Pour savoir comment gérer une belle-mère possessive ou une belle-mère intrusive, il est important d’identifier dans quelle catégorie la maman de votre mari se situe.

La belle-mère qui contrôle

Cette femme veut tout savoir à propos de tout ce qui se passe dans votre couple. Elle est prête à vous importuner ou à contacter son fils toutes les 30 minutes en lui envoyant des mails, des SMS ou encore en lui demandant de la rappeler chaque soir.

Si cela ne dépendait qu’elle, la belle-mère envahissante voudrait déjà connaître le sexe de votre bébé avant vous, et même avant l’échographie, et vous imposer le nom de votre enfant.

La belle-mère déterminée

Vous avez beau faire tout votre possible pour être la plus sympa avec votre belle-mère envahissante, vous êtes la plus compatissante possible, toujours prête à lui faire des petits cadeaux, à mettre les petits plats dans les grands, bref à vous plier en quatre pour elle ... Mais rien n'y fait. Et rien n’est jamais assez bien.

Cette belle-mère possessive et acariâtre (il faut bien l’avouer) est déterminée à ne pas aimer sa bru. De toute façon, personne n’est assez bien pour son fils (et donc pour elle). À moins qu’elle ait choisie elle-même l’élue.

Ce genre de femme devient une manipulatrice et interprète toujours mal les actions de sa belle-fille.

La belle-mère jalouse

Cette femme est totalement jalouse de sa belle-fille : tout ce que celle-ci peut avoir, elle veut avoir l’identique ou toujours surenchérir pour faire mieux.

Dans sa tête, la belle-mère jalouse se dit que sans elle, son fils ne serait pas là et que cette union avec cette fille n’aurait jamais été possible.

Si le couple décide de partir en vacances, elle ne comprend pas pourquoi elle n’a pas reçu son billet d’avion (et en première classe, c’est le minium !) pour la même destination.

Elle veut tout maîtriser, tout contrôler, être au courant de tout. Et dès que sa belle-fille fait quelque chose ou s’achète quelque chose, il faut qu’elle l’imite.

La belle-mère « maman »

Cette catégorie de belle-mère est assez rare, il faut l’avouer.

Elle accueille sa belle-fille à bras ouverts et la traite comme sa propre fille.

S’il devait y avoir un problème au sein du couple, la belle-mère « maman » saura se montrer objective et ne prendra pas systématiquement fait et cause pour son fils adoré, elle saura faire la part des choses.

La belle-mère professionnelle

Attention, cette belle-mère jalouse sait tout faire mieux que sa belle-fille : faire la cuisine, s’habiller, gérer son intérieur, faire plaisir à son fils, ... Et aussi, problème encore plus important, s'occuper de l'éducation de vos enfants.

Si la belle-fille a le malheur de faire quelque chose qui ne fonctionne pas, la belle-mère professionnelle saura lui rappeler, qu’en son temps, elle était déjà une référence et que tout le monde devrait bien prendre exemple sur elle.

La belle-mère infirmière

Ce type de belle-mère est toujours inquiet, surtout pour la santé de son fils et de ses éventuels petits-enfants.

Pour elle, la vie est imprévisible et parsemée d’embûches en tous genres. Dès qu’un petit bobo pointe le bout de son nez, la belle-mère infirmière, autrement dit la belle-mère envahissante par définition, débarque chez le couple pour prodiguer ses bons soins.

Conseils face à une belle-mère envahissante

Voici quelques règles de base qui vous aideront à aire face à une belle-mère possessive, à une belle-maman obstinée et récalcitrante.

Ne faites pas passer sa famille avant son couple

C’est LA clé pour supporter la présence d’une belle-mère intrusive : le couple passe avant les autres, surtout votre belle-famille.

Il est important de déterminer une « distance » acceptable entre votre couple et votre belle-famille, une sorte de cordon sanitaire, qu’il soit physique (avoir un certain nombre de kilomètres qui vous séparent est une saine idée) ou moral.

D'après le médecin-psychiatre Jacques-Antoine Malarewicz, le sujet de la belle-famille et notamment de la belle-maman ne doit pas être tabou. Il est important que la belle-fille puisse parler librement à son époux de ce qui va et ne va pas avec sa belle-mère, sans avoir peur que cela dégénère ou celle-ci ne débarque à tout instant.

Ne laissez pas la belle-famille devenir indispensable

Pour pouvoir vivre loin ou au mieux avec une belle-mère jalouse ou qui s’impose tous les 4 matins dans la vie de couple, il est important, là aussi, de ne pas laisser trop de place à la belle-famille.

Si vous avez l’habitude, par exemple, de faire garder votre enfant par votre belle-maman, essayez de trouver ou d’alterner d’autres modes de garde que les traditionnels grands-parents.

Vous saurez ainsi vous prémunir des éventuels débordements de votre belle-famille.

Fixez des règles claires

L’objectif est de ne jamais laisser sa belle-famille, et surtout sa belle-mère envahissante qui a tendance à mettre son nez dans les affaires de tout le monde, s’immiscer dans la vie du couple.

Si jamais elle intervient dans les conflits du couple ou dans une quelconque décision qui ne lui incombe pas personnellement, il faut la remettre à sa place. Diplomatiquement mais fermement.

À elle de comprendre que votre vie de couple, c’est avant tout votre vie. Et que vos éventuelles erreurs sont vos erreurs.

Par exemple, ne laissez pas une clé de chez vous à votre belle-mère possessive. Demandez-lui plutôt quand elle compte passer chez vous. Et ne passez pas systématiquement tous vos dimanches chez vos beaux-parents ou ne les invitez pas tout le temps.

Un couple a besoin d’espace, de liberté pour s’épanouir.

Un petit rappel de temps à autre ne fait jamais de mal et chacun saura respecter l’autre.​

N'entrez pas dans la compétition​

Certaines femmes acceptent, parfois malgré elles, de devenir des mères pour leurs époux et se retrouvent soudain au même niveau que leur belle-mère, entraînant une rivalité malsaine.

Il est important de se poser des questions, d’identifier véritablement la place de chacun au sein du couple mais aussi dans la belle-famille.

Si vous avez une belle-mère jalouse, n’essayez pas d’entrer sur son terrain, de vous comparer à elle ou de lui répondre.

Coupez court à ses piques et cette phrases mesquines. Si vous êtes d’humeur sociable, laissez-la parler et faites-en à votre tête. Mais si vous avez envie de lui expliquer comment vous envisagez votre vie de couple et la vie de famille, n’hésitez pas à la recadrer. Toutefois, faites cela en prenant des pincettes pour ne pas vous la mettre à dos une bonne fois pour toutes.

Enfin, demandez à votre mari d’intervenir auprès de sa mère, qu’il fasse l’intermédiaire et tente d’expliquer à sa « môman » qu’elle et sa femme ne sont pas sur le même plan.​

Faites-en une alliée​

En tant que belle-fille, avoir une belle-mère jalouse, envieuse, soupçonneuse n’est pas toujours une sinécure.

Une manière intelligente de gérer ce type de belle-mère est encore d’essayer d’en faire une alliée.

On ne dit pas que vous devez devenir les meilleures amies du monde. Mais essayez de l’intégrer dans votre vie en lui laissant de l’espace tout en faisant respecter votre espace et vos prérogatives.

L’important est qu’il existe une notion de respect entre vous : le respect de la vie privée, le respect de la personne, le respect des choix.

En affirmant vos envies et vos volontés, vous la placez dans un cadre défini par vous tout en lui laissant faire partie de votre vie de couple.

La tolérance réciproque et le respect sont des notions très importantes. Et il importe que l’une et l’autre fassiez un chemin vers l’autre pour vivre en harmonie.

Et si rien ne marche ?...

Si, toutefois, rien ne semble fonctionner entre vous et votre belle-mère envahissante, n’insistez pas, ne cherchez plus à discuter et ne vous justifiez surtout pas.

La seule bonne attitude alors est de prendre de la distance.​

Conclusion​

Un petit mode d'emploi pour reconnaître et gérer les profils de belle-mère les plus encombrantes. Et des conseils pour prévenir et éviter les débordements. Vous voila armée pour une relation belle-fille et belle-mère plus agréable :-)​

Illustration d'article directement inspiré du dessin animé Cendrillon de Disney.

Grégory

En couple depuis 1996, je partage avec vous mes erreurs et mes réussites, mes méthodes et astuces pour garder mon couple vivant, épanoui et épanouissant. Même après toutes ces années.

Click Here to Leave a Comment Below

Franck

Ce problème comme vous venez de le mettre en évidence est très rencontré surtout en Afrique ou les hommes ont coutumes d’amener leurs femmes dans la maison familiale c’est à dire la maison de papa et maman ( cette tendance est maintenant très en disparition car beaucoup on précisément constatés les problèmes que cela peut causer en termes d’ententes du couple). Les belles mamans quand leurs présences et leurs intrusions dans la vie du couple semble menacer sa stabilité, il faut savoir évidemment les “recadrer” (j’ai beaucoup aimé quand vous dites avec “politesse” parce que n’oublions pas qu’elles ont représentés et représenteront toujours un trésor pour tout un chacun). Donc surtout la belle fille tout simplement parce que c’est elle en générale le problème pour la belle mère, doit avoir et de la patience et de la compréhension et surtout beaucoup de tact dans leurs rapports.

Reply
    Grégory

    @Franck: Hum … Je ne pensais pas forcément aux couples en Afrique :-) Il y a peut être des traditions qui amplifient ce problème. Mais cela reste tout simplement un problème psychologique et relationnel.

    Je connais quelques couples où la belle-mère a pose souci, au couple et à la belle-fille, comme vous le faites remarquer.

    Reply
Franck

OUI je sais que vous ne parler pas des couples en Afrique Greg. C’est juste un exemple que je donne (ayant des origines africaines) j’ai notamment remarquer que dans cette partie du globe, le problème se posait très sérieusement.

Reply
    Grégory

    @Franck: Merci pour la précision :-) Effectivement, tous les pays et continents ont leurs propres habitudes et coutumes.

    Reply
Leave a Reply: